23 janvier 2020

Thaïlande Publication #7

Clic pour album
Lors de notre journée de repos à Phayao, nous côtoyons surtout des Thaïlandais en vacances. Il faut dire que la petite ville a du charme avec son lac bordé d’une longue promenade où les vacanciers du week-end s’installent en famille sur des tapis, pour pique-niquer joyeusement en soirée. Le dimanche matin, alors que nous flânons sur des passerelles sur le lac, un groupe d’adolescents en uniforme d’écoliers nous abordent et à tour de rôle, nous demandent en anglais, notre nom et d’où l’on vient. Ils sont tout fiers de nous parler et font des ‘selfie’ à n’en plus finir! Des moines les accompagnent et ils proposent que nous fassions aussi des photos avec eux. Nous avons l’impression d’être l’événement de la journée pour eux.

Clic pour album

Clic pour album
Nous reprenons la route avec enthousiasme mais loin des zones touristiques, nous sommes confrontés à une Thaïlande différente des cartes postales.  Routes achalandées, paysages moins intéressants dûs à la saison sèche, et en plus, ce ‘smog’ quasi constant qui avec la chaleur, rend l’air suffocant. Même si la saison des brûlis agricoles n’est pas officiellement commencée on voit bien qu’il y a déjà des feux ici et là qui marquent les champs de grandes taches noires. Ça explique cette petite odeur de fumée qui flotte dans l’air. Autre chose qui nous frappe dans ces régions moins fréquentés par les touristes occidentaux, c’est l’abondance de déchets le long des routes, plus qu’ailleurs on dirait. À une halte routière, nous apercevons un groupe de touristes asiatiques qui terminent leur lunch. Avant de remonter dans leur 2 mini vans, ils jettent tout simplement par terre sur un coin fraîchement brûlé, leurs sacs de plastique remplis de déchets! Pourtant, dans les villes, c’est propre partout et on voit tout le temps quelqu’un quelque part en train de balayer le sol. Déconcertant. 

Clic pour album

Pour dormir, nous stoppons souvent dans ce qu’ils appellent des ‘resorts’ mais en fait, ça ressemble à de banals motels où chacun a sa petite maisonnette. À Ngao, alors que Charles fait de la lecture devant notre unité, le proprio vient lui piquer une jasette…en anglais. C’est un Britannique qui vient du Yorkshire et il est marié depuis 30 ans à une Thaïlandaise. Denise, restée à l’intérieur entend la conversation et remarque que le bonhomme hausse le ton de plus en plus…Le voilà en train de vanter l’actuel président américain comme la « meilleure chose qui soit jamais arrivée au monde » (sic)! Il décrit ensuite plusieurs supposées conspirations plus abracadabrantes les unes que les autres. Il a lu ça sur le ‘dark web’ qu’il dit. Il est tellement convaincu de leur véracité que devant le scepticisme de Charles il s’enflamme de plus en plus. Denise sort finalement chercher Charles prétextant avoir besoin de son aide, ce qui lui permet d’échapper à ce discours ahurissant…Bizarre. Et il n’est même pas Américain!!!

Clic pour album
Heureusement qu’il y a aussi de jolies étapes, comme à Phrae, où se tient un agréable marché de nuit permettant de faire des découvertes culinaires locales. Seuls touristes, nous avons droit à bien des sourires et l’accueil est chaleureux partout. Phrae est aussi une petite ville où il y a encore beaucoup de maisons traditionnelles. Nous logeons justement dans une de celles-là mais le bémol, c’est qu’en ville, ces maisons sont peu ou pas insonorisées, et les motos pétaradantes roulent aussi fréquemment la nuit que le jour. Résultat, des cyclistes un peu moins fringants au petit matin…

Clic pour album

Autre exemple, à Pa Daeng, nous trouvons un petit ‘resort’ qui semble bien tranquille…jusqu’à ce qu’une musique tonitruante commence vers 19 heures. Et je n’exagère pas! Ça sort d’énormes haut-parleurs et le village au complet doit entendre. Nous allons nous informer et apprenons que c’est le « Jour des enseignants » et qu’il y a une fête pour eux et que ça se terminera vers minuit! On nous dit ça en riant, et devant la mine déconfite de Denise, les rires redoublent. Ben coudonc, soyons philosophes…c’est aussi ça voyager, accepter les différences culturelles. Et on remet encore les bouchons dans les oreilles pour le dodo!

Pour nous remettre de ces quelques jours plus difficiles, nous optons pour une étape à Loei où nous nous accordons un jour de repos dans un gros hôtel chic (même pas si cher!), hyper tranquille, avec tout le confort. Deux bonnes nuits de sommeil font vite oublier les petits tracas des derniers jours. Et en prime, nous avons la chance d’y assister à l’arrivée d’un mariage thaïlandais traditionnel. Fascinant! 

Clic pour album

Nous voilà prêts pour les derniers kilomètres nous amenant de nouveau au bord du Mékong, plus précisément à Chiang Khan qui se révèle très agréable. L’air y est meilleur et le ciel plus bleu. Nous apprécions particulièrement la longue piste cyclable qui longe le fleuve et la Walking Street où l’action commence en soirée avec une multitude de kiosques de bouffe de rue entre les boutiques d’artisanat et de souvenirs. Comme nous sommes en semaine, il y a peu de monde et l’atmosphère est détendue…comme on aime!  
Il nous reste un trajet de plus de 180 kilomètres à faire le long du Mékong. Nous décidons de boucler ça en deux jours, si bien que la première étape sera à Sang Khom après 105 kilomètres. Nous y rencontrons Maike, une cycliste Hollandaise qui arrive justement de Nong Khai, notre destination du lendemain. Elle a 72 ans et voyage toute seule! Nous échangeons évidemment sur nos diverses expériences de voyage et nous sommes impressionnés par ses nombreuses anecdotes de vie. Une belle rencontre.

Clic pour album

Clic pour album
Nous voilà maintenant arrivés à Nong Khai, notre dernière étape sur le Mékong. C’est plus gros et plus touristique que Chiang Khan et on sent ou plutôt, on entend qu’il y a un peu plus d’action ici. Un autre cas de bouchons dans les oreilles…Consolation, nous trouvons de la bouffe excellente: du Mango Sticky Rice et du Massaman Curry, deux de nos plats préférés en Thaïlande! Il faut aussi faire un peu de tourisme, alors pourquoi pas un tuk-tuk pour aller visiter Sala Keoku, un fascinant parc de sculpture à quelques kilomètres de la ville…Il faut bien reposer les pattes car il reste encore pas mal de route avant le retour à Bangkok. Donc demain, plein sud vers Ban Diam, sur le bord du lac aux lotus rouges.


2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Nous arrivons à Bangkok le jeudi 30 janvier et resterons 1 ou 2 jours le temps pour nous d'acheter des vélos, direction le Cambodge. Peut etre serez vous à ces dates sur bangkok? bon voyage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, nous sommes encore en Thaïlande pour un mois et retournons à Bangkok le 21 février. Nous vous souhaitons un bon voyage!

      Supprimer